décembre 08, 2021

Orpaillage clandestin

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 
LUTTE CONTRE L’ORPAILLAGE CLANDESTIN : LES ACTES FORTS DE CES TROIS DERNIERS MOIS
La lutte contre l’orpaillage clandestins dans les forêts classées est menée sans répit par la SODEFOR. En effet, dès sa prise de fonction à la tête de la SODEFOR, le Directeur Général, le Colonel-Major, Mamadou SANGARE, a fait de la lutte contre l’orpaillage clandestin un des actes majeurs de sa stratégie globale de protection des forêts classées.
Pour ce faire, il ne ménage aucun effort pour doter ses agents en moyens conséquents et de les instruire constamment à conduire régulièrement des patrouilles pour appréhender les acteurs et à démanteler les sites d’orpaillage clandestin.
En exécution de ces décisions, les agents fonts toujours des patrouilles de surveillance qui leur permettent de faire des arrestations qui aboutissent à des condamnations ainsi qu’à des saisies de matériels d’extraction de minerai.
Pour le compte de ces trois derniers mois, soit la période d’août à octobre 2021, il faut noter que le premier acte a été posé par les agents du Centre de Gestion de Gagnoa, dirigé par le Colonel OULEA Mathieu.
En effet, le 15 août 2021, le Capitaine Thierry Koffi, Chef de l'Unité de Gestion Forestière de Téné et ses collaborateurs appuyés par les éléments de l'Unité de Gestion Forestière de Sangoue sous le commandement du Capitaine Kone Zanga ont appréhendé 15 orpailleurs clandestins en flagrant délit de destruction de la forêt classée de la Téné et procédé à la saisie de tout le matériel utilisé pour leurs méfaits.
Ces mis en cause ont été conduits à la justice où ils ont écopé chacun de 12 jours de prison ferme assortis d'une mise en garde contre une éventuelle récidive avec des amendes de 300 000F au ministère public et 10 000 000F à la SODEFOR.
Le second acte a été opéré dans le Centre de Gestion d’Abengourou, dirigé par M. Dosso Amara. Dans ce centre, suite à une information anonyme, l'unité de Gestion forestière de Songan a effectué une mission dans la nuit du dimanche 05 au 06 septembre 2021. Cette intervention a permis d'appréhender Alpha Salamata et Gnikoré Nimomni Mathias en flagrant délit d'orpaillage, de destruction du couvert forestier et pollution des eaux avec des produits chimiques. Ils ont été mis à la disposition de la justice qui les a condamnés à 1 an de prison ferme.
Le troisième acte a été l’arrestation de 5 orpailleurs clandestins, du 20 au 23 septembre 2021, dans la forêt classée de la Bossématié (Abengourou). Cette opération a été menée par les agents de l’Unité de Gestion Forestière de la Bossématié avec l’appui du service contrôle forestier de la SODEFOR. Mis à la disposition de la justice à Abengourou, 4 ont été condamnés à 6 mois de prison ferme.
Le dernier coup de filet de ces trois derniers mois et le plus important d’ailleurs a été effectué par le service contrôle forestier de la SODEFOR. Une unité d’élites forestiers, basée au siège et très mobile, mise en place par le Directeur Général pour appuyer efficacement les agents des Centres de Gestion et des Unités de Gestion Forestières dans la lutte contre toutes les formes de destruction des forêts classées.
Cette unité d’élites a, en effet, mené toute la nuit du vendredi 08 au samedi 09 octobre 2021 une véritable battue aux orpailleurs clandestins dans la forêt classée de la Téné. Résultats : 21 individus appréhendés, une dizaine d'engins motorisés et du matériels d’extraction de minerai saisis.
Cette intervention musclée conduite par le chef du Service Contrôle Forestier de la SODEFOR, le Lieutenant MAHI Landry, a été diligentée suite à une information anonyme faisant état de la présence d’orpailleurs clandestins qui opéraient nuitamment sur un site d’orpaillage créé clandestinement dans la forêt classée.
Ces fossoyeurs de la forêt ivoirienne ont été pris en flagrant délit d’orpaillage illégal et de destruction du couvert forestier. Par conséquent, ils ont été mis à la disposition de la justice d’Oumé où 19 ont pris chacun 5 ans de prison ferme, 50 millions de nos francs à payer à l’Etat de Côte d’Ivoire et 30 millions de nos francs à payer à la SODEFOR.
Les non nationaux parmi eux ont été interdits de séjour sur le territoire ivoirien pour 10 ans après avoir purgé leur peine.
Le juge qui a prononcé cette peine ce jeudi 14 octobre 2021, au tribunal d’Oumé a également ordonné la confiscation du matériel d’extraction de minerai.
Comme on le constate, sous la houlette du Directeur Général, les agents de la SODEFOR ont été à fond dans la lutte contre l’orpaillage clandestin durant ces trois derniers mois. Ce sont au total 43 orpailleurs clandestins qui ont été mis aux arrêts, 40 condamnés et d’importants lots de matériels d’extraction de minerai saisis.
Le Gouvernement s'en est félicité lors de la dernière communication du CNS ce jeudi 04 novembre 2021.
Mais la SODEFOR ne compte pas s’arrêter là. Car pour le Directeur Général, les forêts classées doivent être toutes débarrassées du phénomène de l’orpaillage clandestin pour une Côte d’Ivoire plus verte et prospère.
C’est pour cela qu’il insiste sur le devoir civique des populations à travers une étroite collaboration avec ses agents. C'est à ce p rix qu'on réussira la protection et la gestion durable des forêts ivoiriennes dans l'intérêt de tous.
© 2019 Société de Développement des Forêts

BDA